Aller au contenu principal
Récitus Histoire
Récitus Histoire

1945 - 1980

L'essor de la société de consommation
Population québécoise

4. L'essor de la société de consommation

Depuis la fin du 19e siècle, la deuxième phase

Source : Henri Rémillard, L'exposition d'automobile de l'année dans le mail du centre d'achat (1970), Bibliothèque et Archives nationales du Québec, E6,S7,SS1,D700591-700592. Licence : Creative Commons (BY-NC-ND).

Depuis la fin du 19e siècle, la deuxième phase

Depuis la fin du 19e siècle, la deuxième phase d’industrialisation stimule une production manufacturière qui est freinée par la crise économique des années 1930 et les deux guerres mondiales. En Amérique du Nord, le bébé-boum et la prospérité économique de l’après-guerre propulsent la consommation de biens et de services ainsi que la pratique de loisirs, dont fait de plus en plus partie la télévision. À partir de 1952, Radio-Canada produit et diffuse d'ailleurs des émissions bilingues, ce qui encourage l’achat de télévisions au Québec.

Image et texte : En plus de fournir un marché

Source : Henri Rémillard, Intérieur d’un magasin du centre commercial Les Galeries d’Anjou (1970), Bibliothèque et Archives nationales du Québec, E6,S7,SS1,D700591-700592. Licence : Creative Commons (BY-NC-ND).

Image et texte : En plus de fournir un marché

En plus de fournir un marché pour écouler la production manufacturière, la population issue du bébé-boum associe dorénavant la consommation au bonheur puisqu’elle lui assure un confort matériel sans précédent. L’essor de la société de consommation prend appui sur l’augmentation du pouvoir d’achat et l’amélioration de l’accès au crédit, qui permettent à nombreuses familles d’accéder à la propriété et de s’établir en périphérie des villes.

De plus en plus influencée par la culture américaine et la publicité, la population québécoise participe ainsi à la société de consommation, une société qui se caractérise par la prolifération des biens et la multiplication des besoins superflues.

Vérifie tes connaissances

Consigne 4.1

Expliquer ce qu’est l’augmentation du pouvoir d’achat et comment elle contribue à l’essor d’une société de consommation.

4.1 LE POUVOIR D'ACHAT, LA CONSOMMATION ET LES LOISIRS

Le revenu personnel au Québec, 1940-1980

Le revenu passe d'environ 4 000 $ à environ 18 000 $ entre 1940 et 1980.

 

Source des données : Roma Dauphin, La croissance de l'économie du Québec au 20e siècle, Québec, Institut de la statistique du Québec, 2007, p. 3, en ligne sur Bibliothèque et Archives nationales du Québec, notice 0003287713.

Source du graphique : Service national du RÉCIT, domaine de l’univers social. Licence : Creative Commons (BY-NC-SA).

4.1 LE POUVOIR D'ACHAT, LA CONSOMMATION ET LES LOISIRS

Jusqu’au début des années 1960, la croissance des revenus personnels accélère plus rapidement que la croissance du prix des biens et services. Ainsi, de vastes pans de la population québécoise accèdent à la classe moyenne et bénéficient d’une augmentation de leur pouvoir d’achat. Avec l'augmentation de leur pouvoir d’achat, les Québécois peuvent désormais consacrer une part moins grande part de leurs revenus pour acheter la même quantité de biens et de services qu’auparavant.

Image et texte : Alors que les familles québécoises consacraient

Source : Antoine Désilets, Consommation (1960-1970), Bibliothèque et Archives nationales du Québec, P697,S1,SS1,SSS6,D8. Licence : Creative Commons (BY-NC-ND).

Image et texte : Alors que les familles québécoises consacraient

Alors que les familles québécoises consacraient 59 % de leur budget à des besoins primaires en 1937, elles consacrent 42 % de leur budget à ces besoins en 1959. Ces familles peuvent ainsi allouer une plus grande part de leurs revenus pour acheter des biens et des services qui répondent à des besoins secondaires, un comportement encouragé par la publicité.

Texte et schéma Récit : En effet, la publicité diffusée pour stimuler

La consommation au Québec en chiffres

Foyers possédant un téléphone : 33% en 1941 et 84 % en 1960. Foyers possédant une automobile : 19% en 1941 et 58% en 1961. Foyers possédant un réfrigérateur : 17% en 1941 et 93% en 1961. Foyers possédant une baignoire ou une douche : 49% en 1941 et 89% en 1961. Foyers possédant un téléviseur : 10% en 1953 et 89% en 1961.

 

Source des données : Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert et François Ricard, Histoire du Québec contemporain, tome II : Le Québec depuis 1930, Montréal, Boréal, 1989, p. 390 ; Bureau fédéral de la statistique, Recensement du Canada 1941 et Recensement du Canada 1961, en ligne sur Archive.org.

Source du schéma : Service national du RÉCIT, domaine de l’univers social. Licence : Creative Commons (BY-NC-SA).

Texte et schéma Récit : En effet, la publicité diffusée pour stimuler

En effet, la publicité diffusée pour stimuler la vente de produits comme les automobiles, les électroménagers et les télévisions promet de faciliter la vie quotidienne des consommateurs et de leur fournir du divertissement dans le confort de leur domicile. L’augmentation du pouvoir d’achat n’est toutefois pas la même pour l’ensemble des Québécois, puisque la croissance des revenus personnels n’est pas répartie de manière uniforme entre les travailleurs.

Image et texte : Les Québécois consacrent

Source : Chris Lund, Sur le sable à Gilwinkee Lodge, camp touristique au lac Golden, Ontario (1951), Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN 4312388. Licence : domaine public.

Image et texte : Les Québécois consacrent

Les Québécois consacrent aussi une plus grande part de leur budget au tourisme et pratiquent davantage de loisirs et de sports. En s’appuyant sur le mouvement syndical, les travailleurs québécois obtiennent une semaine de travail de 40 heures dans plusieurs secteurs à partir des années 1960. Entre 1945 et 1980, le gouvernement québécois instaure deux semaines de congés payés par les employeurs pour permettre aux Québécois de prendre des vacances. Dans l’ensemble, ces politiques permettent aux Québécois d’allouer encore plus de temps et d’argent aux activités touristiques et récréatives.

Comme pour l’achat des biens et des services, la pratique des loisirs et des sports ainsi que la popularité du tourisme témoignent de la participation de la population québécoise à la société de consommation.

Vérifie tes connaissances

Consigne 4.2

Expliquer ce qu’est l’augmentation du pouvoir d’achat et comment elle contribue à l’essor d’une société de consommation.

4.2 L’ÉTALEMENT URBAIN ET LA PROTECTION DU TERRITOIRE AGRICOLE

La Loi sur la protection du territoire agricole de 1978

La superficie du territoire agricole au Québec, 1941-1971

La superficie passe de 18 millions d'acres à moins de 11 millions d'acres entre 1941 et 1971.

 

Source des données : Statistique Canada, « Séries M23-33, Superficie des exploitations agricoles, données du recensement, Canada et provinces, 1871 à 1971 », Statistiques historiques du Canada, Section M : Agriculture, Statistique Canada.

Source du graphique : Service national du RÉCIT, domaine de l’univers social. Licence : Creative Commons (BY-NC-SA).

La Loi sur la protection du territoire agricole de 1978

L’étalement urbain étant un phénomène qui se fait nécessairement en empiétant sur l’espace rural, il entraine la perte des terres agricoles en périphérie de Montréal et de Québec.

Image et texte : En 1978, pour ralentir

Source : Omer Beaudoin, Presse à foin sur le champ de Ls-Georges Biron. Saint-Elphège, comté Yamaska (1951), Bibliothèque et Archives nationales du Québec, E6,S7,SS1,P86857. Licence : Creative Commons (BY-NC-ND).

Image et texte : En 1978, pour ralentir

En 1978, pour ralentir la perte des terres arables, le gouvernement québécois adopte la Loi sur la protection du territoire agricole et crée la Commission de protection du territoire agricole du Québec. Cette politique de protection du territoire agricole permet de délimiter des zones agricoles et d’interdire le développement immobilier au sein de ces zones.

Même si la politique protège les terres cultivables, ce n’est pas l’ensemble des agriculteurs qui l’appuient initialement, car ils ne peuvent plus disposer de leur propriété librement. Pour obtenir le soutien des agriculteurs, le gouvernement québécois accompagne cette politique de mesures qui stimulent le développement des activités agricoles, ce qui revitalise notamment le secteur de la production céréalière.