Aller au contenu principal
Récitus Histoire
Récitus Histoire

1840 - 1896

L’industrie forestière
Économie

2. L’industrie forestière

Consignes

Expliquer comment la mécanisation amenée par l'industrialisation transforme l’exploitation forestière.

Texte et image : Au 19e siècle,

Source : William Notman, Aboutement de bois équarri  (1872), Musée McCord, I-76312. Licence : Creative Commons (BY-NC-ND). Licence : domaine public.

Texte et image : Au 19e siècle,

Au 19e siècle, l’exploitation des ressources forestières devient un pilier fondamental de l’économie canadienne. Elle remplace alors le commerce des fourrures, une ressource qui avait été le moteur de l’économie coloniale depuis la Nouvelle-France. Pour soutenir l’expansion de l’industrie forestière, le gouvernement québécois concède de plus en plus de terres publiques aux entreprises privées, qui peuvent y exploiter les forêts en échange d’un montant d’argent. Jusqu’à la fin du 19e siècle, la province du Québec tire d’ailleurs entre 25 % et 30 % de ses revenus des concessions forestières.

Dans la première moitié du 19e siècle, le Québec produit surtout du bois équarri qui est exporté en très grande quantité vers le Royaume-Uni. Ce tronc d’arbre taillé à angle droit pour lui donner une forme carrée est facile à assembler en radeaux sur les rivières et à transporter sur les navires à destination de l’Europe.

La mécanisation de l'exploitation forestière

Source : Wm. Notman, Piles de bois d'oeuvre  (1872), Musée McCord, I-78902. Licence : Creative Commons (BY-NC-ND). Licence : domaine public.

La mécanisation de l'exploitation forestière

Dans la deuxième moitié du 19e siècle, la production de bois de sciage prend un essor important. Grâce aux nombreuses scieries qui font leur apparition, le bois équarri est transformé en planches et en madriers pour l’industrie de la construction. Ces scieries, installées à proximité des cours d’eau, peuvent utiliser l’énergie hydraulique pour actionner la lame des scies. Le bois de sciage est surtout exporté vers le marché des États-Unis.

La mécanisation de l’exploitation forestière facilite et accélère la production du bois de sciage. En effet, en plus de l’énergie hydraulique, les scieries utilisent également la combustion du charbon pour produire de la vapeur et actionner de nouvelles sortes de scies (circulaires et à ruban). Cela augmente grandement la production des scieries et permet de tirer profit de l’expansion du marché américain.

Vérifie tes connaissances

Les sources des photos :

    • Wm. Notman & Son, [...], Daley's Siding, QC (1916)Musée McCord, VIEW-5870. Licence : domaine public.
    • William Notman, [...], Québec, QC (1872)Musée McCord, I-76313. Licence : domaine public.
L'exploitation de nouvelles régions

Les régions d'exploitation forestière au Québec à la fin du 19e siècle

Répartition des droits de coupe par région. Saguenay : 4,6%. Saint-Maurice : 13,1%. Laurentides : 12,8%. Outaouais : 52,2%. Rive-sud : 17%.

Source : Service national du RÉCIT, domaine de l'univers social. Licence : Creative Commons (BY-NC-SA).

L'exploitation de nouvelles régions

Dans la seconde moitié du 19e siècle, les scieries se multiplient le long des cours d’eau. En 1851, le Bas-Canada compte un peu plus de 1000 scieries employant environ 3600 personnes. À l’aube du 20e siècle, le nombre de scieries grimpe à plus de 1800, fournissant du travail à plus de 13 000 personnes. Le rôle joué par les cours d’eau dans le transport et dans la transformation du bois oriente l’emprise de l’industrie forestière sur le territoire québécois. En effet, les régions exploitées bordent généralement des cours d’eau comme les rivières Saguenay, Saint-Maurice et Outaouais. Cela contribue à l’expansion du territoire habité et exploité au-delà de la vallée laurentienne ainsi qu’à l’ouverture de nouvelles régions de colonisation. C’est le cas du Bas-Saint-Laurent, de la Mauricie, du Lac-Saint-Jean, des Laurentides, de l’Outaouais, du Saguenay, du Témiscamingue et de la vallée de la rivière Jacques-Cartier.

Les perturbations des territoires des Premières Nations

Source : Alexander Henderson, Camp de pêche autochtone, rivière Ristigouche, QC-NB (vers 1870), Musée McCord, MP-0000.1828.47.76. Licence : domaine public.

Les perturbations des territoires des Premières Nations

Dans les régions de colonisation, l’emprise de l’industrie forestière et l’arrivée massive de bûcherons perturbent les territoires des Premières Nations. D’une part, l’exploitation forestière contribue à la dégradation des milieux de vie du gros gibier, ce qui prive les communautés autochtones des ressources de chasse essentielles à leur alimentation et à la confection de vêtements. De l’autre, les bûcherons chassent fréquemment le petit gibier et déclenchent parfois des incendies forestiers, ce qui entrave la participation des communautés autochtones au commerce des fourrures.

Afin d’obtenir un dédommagement pour le territoire perdu au profit de l’exploitation forestière, les Premières Nations multiplient les demandes pour la création de territoires réservés, appelés réserves. Les réserves sont des territoires qui appartiennent au gouvernement du Canada et qui sont mis à la disposition des Autochtones. En 1851, le gouvernement de la Province du Canada répond à ces revendications en adoptant une loi qui attribue plus de 900 kilomètres carrés de terres aux Premières Nations. L’octroi de ces terres mène à la création de réserves pour les communautés algonquine, atikamekw, montagnaise, micmaque, huronne-wendat et malécite.