Aller au contenu principal
Récitus Histoire
Récitus Histoire

1608 - 1760

Les objectifs de colonisation de la métropole française
Nouvelle-France et territoire

1. Les objectifs de colonisation de la métropole française

Intention 1

Définir les deux idéologies qui guident la colonisation de l’Amérique du Nord par la métropole française.

Texte et image : En 1608, Samuel de Champlain

Source : Léonce Cuvelier, Reconstitution de l'habitation de Champlain (1940), Bibliothèque et Archives nationales du Québec, P551,D2,P37. Licence : domaine public.

Texte et image : En 1608, Samuel de Champlain

En 1608, Samuel de Champlain fonde Québec dans les environs de Stadaconé, un village autochtone qui n’est plus occupé par les Iroquoiens du Saint-Laurent depuis leur disparition. Dorénavant, les Français comptent sur ce premier établissement permanent dans la vallée du Saint-Laurent pour intensifier la colonisation de l’Amérique du Nord. La couronne française nomme cette colonie la « Nouvelle-France », un terme qui désigne le territoire occupé par les colons, mais aussi le vaste territoire revendiqué par la France aux 17e et 18e siècles. À cette époque, l’Angleterre, les Pays-Bas, l’Espagne et le Portugal poursuivent aussi la colonisation de l’Amérique, toujours en quête de richesses, de prestige et d’un passage vers l’Asie.

2.1 LE MERCANTILISME

Source : Auteur inconnu, Conquête du Mexique par Cortés (17e siècle), Wikimedia Commons. Licence : domaine public.

2.1 LE MERCANTILISME

C’est en partie la doctrine économique du mercantilisme qui pousse les puissances européennes à coloniser les continents au-delà des frontières de l’Europe. En effet, le mercantilisme soutient que la puissance d’un royaume se fonde sur les richesses qu’il possède. Selon les principes du mercantilisme, un empire doit entretenir des échanges commerciaux entre sa métropole et ses colonies, qui ne doivent pas faire du commerce avec les autres empires. De plus, les colonies d’Amérique peuvent exporter des matières premières vers l’Europe, mais le mercantilisme préconise que la transformation de ces ressources doit se faire par les artisans de la métropole.

Alors que les Espagnols pillent l’or et l’argent des populations autochtones d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud, les Français peinent à trouver des métaux précieux en Amérique du Nord. Cela dit, la Nouvelle-France représente tout de même une potentielle source d’enrichissement pour la France.

Image et texte : Plus spécifiquement

Source : Auteur inconnu, Recueil de planches sur les sciences, les arts libéraux et les arts mécaniques, avec leur explication, tome IV (1765), Briasson, David et Le Breton, Paris, p. 440-453, en ligne sur Smithsonian Libraries and Archives. Licence : domaine public.

Image et texte : Plus spécifiquement

Plus spécifiquement, les Français exploitent les ressources naturelles de cette colonie, des ressources qu’ils expédient ensuite vers la métropole pour les transformer et les vendre aux populations européennes. Par exemple, les marchands français acquièrent des peaux d’animaux et des fourrures en Nouvelle-France, mais ce sont les artisans de France qui confectionnent des chapeaux et des vêtements pour en faire le commerce.

carte

Une métropole et sa colonie

La colonie à gauche est illustrée d'un castor. Une flèche le relie vers la droite à la métropole, illustrée par un chapeau.

Source : Service national du RÉCIT, domaine de l’univers social. Licence : Creative Commons (BY-NC-SA).

carte

En résumé

Le mercantilisme incite les empires coloniaux à développer des colonies qui ne font pas compétition à leur métropole et qui priorisent l’enrichissement de leur royaume.

2.2 L'ÉVANGÉLISATION

2.2 L'ÉVANGÉLISATION

Source : Jean-Baptiste Lagacé, Champlain et les Récollets au 17e siècle (vers 1921), Musée de la civilisation, 90-1692-32. Licence : Creative Commons (BY-NC-ND).

2.2 L'ÉVANGÉLISATION

Source : Lawrence R. Batchelor, Premières religieuses ursulines avec des étudiantes autochtones au 17e siècle, à Québec (vers 1931), Bibliothèque et Archives Canada, 2895625. Licence : domaine public.

Texte : Dès le début

Dès le début de l’occupation de l’Amérique par les empires européens, la colonisation a également pour objectif l’évangélisation des Autochtones, c’est-à-dire la transmission ou l’imposition du christianisme aux Premières Nations. Au cours de la période, des communautés religieuses comme les Récollets, les Jésuites et les Ursulines quittent donc la France pour s’installer en Nouvelle-France afin d’évangéliser les Autochtones.

Image et texte : Comme tu l'as constaté

Source : Vernon Mould, Sainte-Marie chez les Hurons-Wendats, une mission construite par les Jésuites à partir de 1639 (1967), Musée McCord, M976.180.3. Licence : Creative Commons (BY-NC-ND).

Image et texte : Comme tu l'as constaté

Comme tu l’as constaté dans la période précédente, les Autochtones forment des sociétés complexes avec des traditions établies depuis plusieurs millénaires. Même si les Européens reconnaissent que les Autochtones ont des croyances religieuses, ils considèrent ces croyances comme illégitimes et hérétiques. Les religieux catholiques que l’on nomme des « missionnaires » se donnent ainsi pour mission de sauver les Autochtones sur le plan spirituel en les convertissant au christianisme et au mode de vie européen. Cet objectif d’évangélisation témoigne du sentiment de supériorité des Européens, qui pensent que leurs croyances et leurs institutions sont le modèle à suivre pour tous les êtres humains.

En résumé

L'évangélisation a pour but de transmettre ou d'imposer la religion catholique aux Autochtones. Différents groupes religieux s'installent en Nouvelle-France pour tenter d'atteindre cet objectif.

Texte et image : Pour encadrer l'évolution

Source : Thomas Davies, Vue de Château-Richer, du Cap Tourmente et de la Pointe Orientale de l’Île d’Orléans, près de Québec (1787), Musée des beaux-arts du Canada, 6275. Licence : domaine public.

Texte et image : Pour encadrer l'évolution

Pour encadrer l’évolution de la société coloniale française et du territoire qu'elle occupe, la métropole compte sur ses autorités militaires et politiques ainsi que sur des marchands et des communautés religieuses originaires de France. Puisque les marchands exploitent les ressources de la colonie sans contribuer de manière efficace à son peuplement, la couronne française dote la colonie d’un gouvernement royal en 1663.

Image et texte : Le gouvernement royal

Source : Lawrence R. Batchelor, Jean Talon visitant les colons (vers 1931), Bibliothèque et Archives Canada, 2896077. Licence : domaine public.

Image et texte : Le gouvernement royal

Le gouvernement royal renforce le pouvoir des autorités coloniales, qui tentent de relancer le peuplement, de diversifier l’économie et de favoriser l’exploration du territoire au-delà de la vallée du Saint-Laurent. Les colons participent à l’occupation et l’exploration de ce territoire qui fait l’objet de plusieurs rivalités, dont la guerre de la Conquête qui oppose la France à la Grande-Bretagne entre 1754 et 1760.